LA CHIRURGIE ESTHETIQUE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LA CHIRURGIE ESTHETIQUE

Message  *Nourelhouda* le Mar 4 Sep - 15:36

# Le Prophète Muhammad (sur lui la paix)
a dit : "Que Dieu éloigne de Sa Miséricorde celles qui tatouent, celles
qui se font tatouer, celles qui épilent, celles qui se font épiler,
celles qui font écarter leurs dents par recherche de la beauté, qui
changent ainsi la forme que Dieu a donnée" ("taghyîru khalqillâh")
(rapporté par al-Bukhârî et Muslim) Le Prophète (sur lui la paix) a
également dit qu'étaient éloignées de la miséricorde divine les femmes
qui rallongent les cheveux des autres et celles qui se font rallonger
les cheveux (rapporté par al-Bukhârî et Muslim).

# Il a également dit : "N'arrachez pas vos [cheveux et poils] blancs…" (rapporté par Abû Dâoûd et at-Tirmidhî).

#
Le Prophète (sur lui la paix) a ordonné (avec le sens d'une
recommandation) de se teindre les cheveux et la barbe blancs (rapporté
par al-Bukhârî). Il a cependant dit à propos de la teinte à utiliser
alors : "… Et préservez-vous de la couleur noire" (rapporté par Muslim).

#
Il a aussi dit : "Cinq choses font parties de ce que l'homme fait
naturellement : la circoncision, le fait de se raser la pilosité
[présente sur le pubis], de se tailler les moustaches, de se tailler
les ongles et de s'épiler la pilosité présente sous les aisselles"
(rapporté par al-Bukhârî et Muslim).

Par rapport aux
modifications physiques autres qu'obligatoires ou recommandées, des
ulémas contemporains ont émis les avis suivants :

A) Pour ce qui
constitue réellement une anomalie ("'ayb shâddh") et cause réellement
du tort à son porteur, on peut avoir recours à la chirurgie (dans le
cadre de l'utilisation de ce qui est déjà, en soi, permis) pour le
faire disparaître. Des juristes des siècles précédents citaient ainsi
le cas d'une dent anormalement grande apparue chez quelqu'un et qui le
gêne réellement. Ils citaient encore le cas d'un sixième doigt qui gêne
celui qui le possède.

B) De même, en cas d'accident, on peut
avoir recours à la chirurgie pour réparer les dommages apparus à cause
de l'accident. Le Prophète avait autorisé 'Arfaja, dont le nez avait
été sectionné lors d'une bataille d'avant l'islam, à porter une sorte
de prothèse en argent ; celle-ci s'étant révélée nocive, il l'autorisa
à porter une prothèse en or (rapporté par at-Tirmidhî, n° 1770, Abû
Dâoûd, an-Nassaï).

C) Par contre, exactement comme on ne doit
pas arracher ses cheveux blancs, on ne peut pas avoir recours à la
chirurgie pour faire disparaître ce qui apparaît naturellement avec le
temps, tels que les rides, les cernes, etc. On peut retarder
l'apparition de ceci en utilisant régulièrement de l'huile ou une crème
enrichissante (exactement comme le fait de se huiler le chevelure
régulièrement retarde l'apparition de cheveux blancs). Mais une fois
apparus, il faut faire avec. Cette règle s'applique par exemple pour
les implants de silicone pour les seins : on ne doit pas se faire
redessiner ceux-ci parce qu'ils ont subi les aléas du temps. Par
contre, une gymnastique quotidienne appropriée en retarde le
vieillissement.

D) De même, exactement comme on ne devait pas se
faire écarter les dents pour que celles-ci soient plus conformes à la
norme de beauté arabe d'il y a quatorze siècles, on ne doit pas non
plus avoir recours à la chirurgie pour rendre une partie de son
apparence physique plus conforme à la norme de beauté contemporaine. On
ne peut, ainsi, se faire redessiner le nez parce qu'on préferrait une
courbure de celui-ci différente de ce qu'elle est comme Dieu nous l'a
donnée. On ne peut, non, plus, avoir recours à des implants pour donner
plus de volume à sa poitrine.

Voir Halâl wa harâm, Chaykh Khâlid
Saïfullâh, pp. 214-217, et (Al-halâl wal-harâm, al-Qardhâwî, pp. 80-81.
Voir aussi Fat'h ul-bârî, Ibn Hajar.

Réponse concrète aux deux questions :

1)
Le fait de se faire faire une injection pour faire disparaître les
rides du visage entre dans le cadre du cas C et n'est donc pas permis

2)
S'il s'agit de se faire redessiner les seins parce que ceux-ci ne
correspondent pas aux canons de beauté, alors cela entre dans le cas D
et n'est pas permis. Par contre, s'il s'agit vraiment d'une poitrine
tellement volumineuse qu'elle constitue ce que l'on peut appeler une
anomalie et qu'elle cause du tort, alors cela entre dans le cadre du
cas A et on peut donc se faire enlever l'excédent. Il faut chercher à
ce que ce soit une chirurgienne qui le fasse (pour respecter l'éthique
islamique). S'il n'y a pas de chirurgienne, alors en dernier recours un
chirurgien. En tout cas, on doit percevoir cette opération comme un
soin par rapport à ce qui constitue un tort ("mu'âlaja"), et non pas
comme une recherche exagérée de la beauté ("husn").

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).
avatar
*Nourelhouda*
Admin

Féminin Nombre de messages : 709
Age : 38
Date d'inscription : 02/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://sabilallah.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum